Charte du CTEFS

Le Collectif Trans En Finistère Sud est une association de développement communautaire transgenre dont l’acronyme CTEFS se prononce “Cétéfesses” et la signature est une paire de fesses stylisées. Le mode de gouvernance y est horizontal : la collégialité se définit en mixité choisie non cisgenre dyadique, chaque membre adhérent·e répondant à cette mixité rejoint le conseil d’administration et acquiert une voix décisionnaire. Pour la forme administrative et légale, un bureau associatif est voté à l’occasion d’assemblées générales. Ce dernier conseille mais n’influence et ne décide pas.

Le CTEFS assure des missions d’accueil, d’écoute, d’orientation, d’accompagnement et d’information auprès des personnes transgenres, non-binaires, en questionnement sur leur·s genre·s, intersexes ou se revendiquant comme tels. La·e membre du CTEFS sait qu’iel ne sait pas à la place de la personne avec qui iel est en contact et veille à ne pas l’influencer. L’accueil des usager·e·s se veut inconditionnel quelque soit les opinions et idées, dans le respect des membres et autres usager·e·s. Les membres n’ont ni toutes les réponses ni toutes les vérités et peuvent s’aider de pair·e·s ou de ressources pour orienter au mieux la personne accueillie vers d’autres bénévoles et organisations. L’association accueille également des personnes non directement concernées à l’occasion de certaines activités et évènements : proches de personnes concernées, partenaires associatifs, personnes en quête d’informations, institutions, entreprises, etc… Cet accueil se veut bienveillant et non-jugeant, respectueux aussi longtemps que la rencontre le restera. Il nous importe de favoriser le dialogue dans le respect des diversités de pensée et de vécu.

Nos démarches ont pour mission la lutte contre toute forme d’exclusionen proposant une accessibilité optimale selon les compétences, possibilités et ressources disponibles.

Être membre de l’association CTEFS c’est rejoindre une équipe de soutien, d’accompagnement, d’auto-formation et d’information. Chaque bénévole s’implique ou non, à la hauteur de ses connaissances et capacités, sans impératifs de présence. Nous voyons cette expérience associative comme un biais d’apprentissage et de partage de vécus, d’insertion à la société et de renforcement de la place des personnes perçues comme non-conformes aux normes du genre à la société.

Le collectif s’engage dans une dynamique inclusive et de lutte contre les discriminations quelle qu’en soit la nature. Le CTEFS promeut un féminisme intersectionnel.

Les propos et comportements discriminants ou insultants ne sont pas tolérés au sein de l’association et de ses activités. À ce titre, l’humour noir raciste, sexiste, misogyne, (etc.) n’est pas en accord avec cette présente charte. Chaque membre s’engage à respecter chacune des identités des personnes LGBTI+, sans préjugé ni jugement.

Propos et attitudes non tolérés : transphobie, homophobie, intersexophobie, racisme, sexisme, grossophobie, validisme, agisme, xenophobie, et toute autre discrimination envers une minorité.

Il est fondamental de respecter le souvenir et la mémoire de nos adelphes emporté·e·s par les luttes et les défauts de soins, de s’opposer aux violences, aux discriminations et de lutter pour améliorer la santé de tous·tes. Nous entretenons des mouvements revendicatifs de visibilité et de Fiertés, en gardant conscience des réalités de notre histoire et de nos droits. Nous dénonçons le capitalisme, système oppressif et antidémocratique, et préférons l’emprunt d’alternatives solidaires et de partage des ressources. Notre organisation est engagée politiquement en termes de justice sociale et est fondamentalement apartisane.

La place des allié·e·s est utile dans nos luttes, signe de soutien, engagement envers une minorité. Cette notion forte engage une définition propre à chacun·e mais claire au sein du fonctionnement du CTEFS : être allié·e c’est d’avoir conscience de son privilège d’être en accord avec les attentes de la société concernant sa propre identité de genre ; de savoir que la cisphobie et que l’hétérophobie n’existent pas ; de savoir laisser la parole aux concerné·e·s sans chercher à récupérer leur visibilité. Être allié·e c’est brandir un drapeau trans en signe de soutien, en prenant le risque de “passer pour”, d’être identifié·e comme transgenre, non-binaire et/ou intersexe.

L’association CTEFS s’engage dans une dynamique de soutien envers les travailleur·euses du sexe et envers la lutte contre la sérophobie, dite de la discrimination faite envers des personnes séropositives.

 

Outil définissant le collectif, à accepter pour adhérer. Il reste néanmoins possible de questionner ou re-questionner certains points pour améliorer l’identité collective. Mise à Jour le 9 mars 2024.